Zoom sur l’actionnariat salarié

En France, 44% des salariés sont actionnaires de leur entreprise.

L’actionnariat salarié est ainsi en forte croissance au sein des grandes entreprises françaises. Avec en 2O18, pas moins de 34 opérations d’actionnariat salarié réalisées parmi les 120 plus grandes entreprises de France : un chiffre record !

Ce mécanisme, qui permet aux salariés de détenir une partie du capital de l’entreprise, est une solution efficace pour les motiver et pour rassembler les collaborateurs et dirigeants derrière un objectif commun !

En distribuant des actions en direct ou en les logeant dans un Plan d’Epargne Entreprise (PEE), une société peut proposer à ses collaborateurs de devenir actionnaire et ainsi d’être associé à la performance de l’entreprise. Un mécanisme vertueux pour tous !

De plus, l’association des collaborateurs au capital de leur entreprise permet également l’obtention d’un droit de vote en assemblée générale, ce qui impacte la gouvernance de manière significative.

Malgré cela, l’actionnariat salarié est sous-utilisé par les PME… Seul 4% des entreprises non-cotées partagent une partie de leur capital avec leurs salariés, dont seulement 2% dans les entreprises de moins de 50 salariés.

Pour les PME, l’actionnariat salarié est perçu comme trop complexe et décourageant fiscalement. Pourtant, 80% d’entre elles pensent qu’il est bénéfique à l’entreprise.

C’est pourquoi, la loi PACTE prévoit la simplification de ces mécanismes pour les employeurs. Une partie de la loi concernant l’actionnariat salarié, déjà intégrée à loi de finances 2019, allège également le forfait social de 20% à 10% sur les abondements de l’employeur en cas d’investissement d’un salarié en titres de l’entreprise : une véritable aubaine !

Ainsi, l’actionnariat salarié, tout comme l’épargne salariale, est mis à l’honneur en 2019 pour ses nombreux avantages et pour le rôle social qu’il donne à l’entreprise !

 

Louis NOIRET