La parole est à… Jean-Michel Ricard et Jean-Daniel Muller, co-fondateurs de Siel Bleu

 Le Groupe Associatif Siel Bleu est un acteur phare de l’économie sociale et solidaire. 

Siel Bleu promeut l’activité physique adaptée et agit via plusieurs entités sur les sujets du maintien à domicile de personnes âgées ou fragilisées, de la prévention des arrêts de travail, de la formation à l’innovation et du financement des sessions d’activité physique adaptée. 

Son impact est important : 600 professionnels de l’activité physique adaptée, 120 000 bénéficiaires chaque semaine. Retour sur cette histoire incroyable avec Jean-Michel Ricard et Jean-Daniel Muller, co-fondateurs du Groupe Associatif Siel Bleu.  

 

Monsieur Ricard et Monsieur Muller, pourriez-vous nous présenter le Groupe Associatif Siel Bleu, son histoire et ses différentes activités ?

L’histoire du Groupe Associatif Siel Bleu, c’est 22 ans de sourire ! En 1997, lorsque nous étions étudiants à la faculté des sports de Strasbourg, nous avons effectué un stage dans une association d’aide aux personnes âgées. C’est là que tout a commencé. A l’époque, les gens disaient : « Des personnes âgées qui font du sport, c’est de la folie ! ». En fait, ce n’est pas du « sport », mais de « l’activité physique adaptée » (APA)… « Adaptée » aux capacités, aux besoins et aux envies de chacun.

Au fil des années, le Groupe Associatif Siel Bleu a développé de nouveaux programmes pour toujours plus de bénéficiaires : personnes en situation de handicap, personnes atteintes de maladies chroniques, aidants, professionnels… Et s’est également étendu à l’ensemble du territoire français et à trois autres pays européens (Belgique, Irlande et Espagne).

Les cours sont principalement collectifs, car il est important de cultiver le lien social, mais peuvent également être individuels à domicile, si la personne ne peut se déplacer, ou sur le lieu de travail, afin de prévenir les accidents du travail et l’apparition de troubles musculo-squelettiques.

Enfin, nous avons créé une Fondation pour rendre toujours plus accessibles les activités, et promouvoir l’APA comme une activité thérapeutique à part entière. Ensuite c’est un Institut de rechercher qui a vu le jour, avec pour objectifs de prouver l’impact de la pratique d’APA, d’innover et de diffuser les savoirs.

 

Lors de la création de Siel Bleu, quels étaient vos objectifs ?

L’objectif était et est encore le même aujourd’hui : le Bien Commun.

En effet, la pratique d’APA a pour objectifs le maintien de l’autonomie, la prévention santé et l’amélioration de la qualité de vie, entre autres… Pour nous, la santé ne doit jamais devenir un luxe, c’est un droit, et il est important de rendre les activités accessibles géographiquement et financièrement. C’est pourquoi, grâce à de nombreux partenaires, nous pouvons réduire le prix des activités au maximum, pour nos 120 000 bénéficiaires chaque semaine.

 

Quel impact a l’activité physique adaptée sur la santé et le bien-être des plus fragiles ?  

Tout dépend de la personne… d’où la notion d’APA ! Quelques exemples… La marche fait baisser l’insuline des diabétiques. Dans la phase post-cancer du sein, la pratique d’une activité physique modérée à intense au moins trois fois une demi-heure par semaine alliée à une alimentation équilibrée réduit les risques de rechute de 30 à 50%.

Quel modèle économique et social avez-vous adopté pour répondre aux besoins d’accompagnement du plus grand nombre ? Quels en sont les résultats ?

Siel Bleu compte aujourd’hui 600 salariés intervenants, tous diplômés et spécialisés en APA. Afin de pouvoir proposer des activités au moindre coût, le Groupe Associatif Siel Bleu recherche lui-même des financements pour ses activités. Les activités sont autofinancées à 90%. Pour le reste, il s’agit de subventions. Bien sûr, avec un appui de l’Etat, les résultats seraient meilleurs. Une étude du cabinet Mc Kinsey en juin 2011 a montré qu’une politique de prévention en généralisant les activités sur deux pathologies (fractures et diabète de type II) permettrait, pour la France, une économie de 59 milliards d’euros sur 8 ans.

En conclusion, quelles sont les prochaines étapes du développement de Siel Bleu ?

Convaincre… Convaincre des bienfaits de l’APA, convaincre les pouvoirs publics de nous suivre, convaincre les gens de pratiquer une activité physique, même si ce n’est que dans leur vie quotidienne… Il y a des choses très simples à faire : promener son chien, prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, marcher, jardiner…