La parole est à… Anne-Gaëlle CHARVET, présidente du groupe solidaire Chênelet

 

Le groupe Chênelet est un acteur phare de l’économie sociale et solidaire.

Ses facettes sont multiples : entreprise d’insertion, bailleur de logements sociaux écologiques, société de construction écologique, association et même communauté religieuse !

Son impact est important : 35 000 heures de formations annuelles, 6 500 personnes réinsérées depuis les années 1980, 101 logements sociaux écologiques construits, 360 personnes logés. 

Retour sur cette histoire incroyable avec Anne-Gaëlle CHARVET, présidente du groupe solidaire Chênelet.

 

Madame Charvet, pourriez-vous nous présenter le groupe Chênelet, ses activités, son histoire et ses objectifs ?

 

Il y a 40 ans, quelques jeunes, catholiques, décident de s’occuper à Calais de personnes qui n’ont pas de travail et qui sont à la rue. C’est le début de la communauté de l’Annonciation avec pour vocation le service aux personnes en situation de vulnérabilité.

Le groupe Chênelet a pour dénominateur commun l’insertion professionnelle. Pour cela, Chênelet a développé son activité dans différents champs économiques : filière bois, éco-construction, transport et logistique, transformation alimentaire… L’association compte aujourd’hui 280 salariés sur 4 sites dans 3 régions françaises.

Parmi ces 280 salariés, 220 sont en contrats à durée déterminée d’insertion. Notre objectif est d’être un tremplin pour leur retour à l’emploi. L’aventure Chênelet a également donné naissance à la SAS Foncière Chênelet qui monte des projets dans les territoires ruraux autour de la construction de logements sociaux de qualité, écologiques, adaptés au vieillissement/handicap et à très faibles charges pour les habitants.

Plus globalement, l’objectif des structures Chênelet est de contribuer à inventer, expérimenter et partager des solutions innovantes pour les personnes en situation de vulnérabilité.

 

Comment fonctionne une entreprise d’insertion et quels sont, pour vous, les facteurs de succès ?

Une entreprise d’insertion, c’est une entreprise tout à fait classique avec un métier, des clients, une réalité économique, mais étant centrée sur un projet social fort : la volonté d’accompagner vers l’emploi des personnes qui en sont éloignées, des personnes aux parcours de vie marqués par des événements difficiles, ayant connu un licenciement, des problèmes de santé…

Nos facteurs clés de succès me semblent être avant tout notre équipe d’encadrement ! Ce sont des personnes très engagées, qui ont rejoint l’aventure Chênelet pour mettre leurs compétences et leurs talents au service de sa mission !

Nous avons par ailleurs développé, au fil des années, une expertise métier importante accompagnée d’une exigence de qualité forte : éco-construction, agro-alimentaire, accueil de séminaire, palettes hors-standard livrées en J+1…

Nous nous sommes également engagés dans une dynamique d’entreprise apprenante. Nous avons capitalisé au fil des années pour rendre chaque situation apprenante, développant ainsi l’agilité des encadrants comme celle des salariés en parcours, mais aussi celle de Chênelet dans son ensemble.

 

Contrairement à une entreprise « standard », vous avez un rôle social affirmé. Comment mesurez-vous l’efficacité de vos actions ? Et quels sont les résultats ?

 

L’efficacité de notre action passe d’abord par notre professionnalisme et une exigence forte sur nos 3 métiers : la compétitivité de nos métiers industriels, la qualité de nos formations et la pertinence de notre accompagnement d’insertion.

Pour ce qui est de nos résultats d’insertion et de formation, ce sont 35 000 heures de formation qui sont délivrées chaque année et nous visons le double à l’horizon 2021. Afin que toute personne au sein de Chênelet bénéficie d’un parcours de formation certifiante. Nous avons un taux dit de “sorties dynamiques” (entrée dans l’emploi ou en formation), indicateur de mesure national du résultat des structures d’insertion, de 60 à 80% selon les secteurs.

L’enjeu est d’atteindre 80% sur l’ensemble de nos secteurs.

 

Comment faites-vous pour vous implanter sur votre territoire rural ? Quels sont les contraintes et les atouts ?

Pour les logements sociaux, nos implantations ont toujours été le fruit de rencontres, de “coup de cœur”, souvent avec des élus de petites communes rurales. Les besoins sont grands dans ces zones qui semblent délaissées pour partie : des personnes au chômage éloignées des bassins d’emplois, ayant des difficultés de mobilité, devenues presque défaitistes !, des familles qui souhaitent rester dans leurs communes d’origine mais ne trouvent pas de logement, des écoles avec des classes qui ferment, des personnes âgées aux logements peu ou pas adaptés pour vieillir… Les élus de communes rurales sont confrontés à de multiples difficultés.

Pour nos implantations en matière d’activités d’insertion, l’essentiel repose sur un travail de mise en réseau : repérer sur le territoire les entreprises qui embauchent et les compétences nécessaires, développer des relations, former des personnes, lever leurs freins à l’emploi et ancrer cette relation dans le temps. Il faut savoir être pugnace !

 

Quels sont les enjeux et les perspectives d’évolutions pour le groupe Chênelet ? Et pour les entreprises d’insertion en général ?

 

Nous l’avons évoqué, l’enjeu est de trouver les équilibres économiques qui nous permettent d’assurer au long cours notre mission sociétale ! Développer encore notre performance économique et d’insertion, innover sur les modèles économiques et financiers, développer des partenariats avec les acteurs économiques, rester agile et à l’écoute des besoins émergents dans la société !

Cette question se pose à mon sens de la même manière à l’ensemble des structures d’insertion, et plus largement aux structures sociales, qui pour certaines vivent encore sur des modèles anciens d’accompagnement mais aussi de mode de financements !

Les défis sont nombreux pour l’avenir, tant sociaux que environnementaux !

 

En conclusion, quelles sont vos motivations pour mener à bien cette mission ?

 

L’action de Chênelet repose sur 4 valeurs partagées et mises en œuvre par l’ensemble de l’équipe : solidarité, engagement respect et exigence.

Nous sommes motivés par les rencontres, les échanges et les partenariats qui jalonnent l’histoire de Chênelet, hors des cloisonnements habituels entre social et économique, entreprises et acteurs solidaires, particuliers et organisations… Peut-être est-il important de signaler qu’il faut avoir un peu envie de se retrousser les manches et un bon sens de l’humour !!